GRASS Lutte d’un peuple pour la vie

Ciné-concert tout public durée 50mn jauge selon lieux

Grass, est un documentaire muet réalisé en 1925 par l’équipe américaine qui tournera plus tard King Kong. Ce film que certains spécialistes considèrent comme aussi important que Nanook sur le plan ethnographique est un peu le fruit du hasard. Désœuvré en attendant des autorisations pour le tournage d’un autre film, le réalisateur entend parler de la gigantesque migration d’une tribu, les Bakhtiari que la sécheresse menace de mort. Haïdar le chef rassemble 50 000 hommes et 500 000 têtes de bétail pour tenter de rejoindre les verts pâturages de l’Iran voisin. Après une longue séquence de présentation où l’on découvre la vie et la culture de ce peuple méconnu, le film nous montre son incroyable périple à travers fleuves impétueux, montagnes abruptes et  immensités enneigées des Monts Taurus. Le combat d’une nation pour la vie !
Pour ce projet Jean Marc PARAYRE   s’accompagne d’une kyrielle d’instruments de musique parmi lesquels la nyckelharpa, la vielle à roue, le bouzouki,…. ou encore la boudègue qui, mêlés aux sons d’éléments naturels (design sonore), créent une ambiance ethnique actuelle.

Lieu : a priori en intérieur (salle de cinéma, salle de théâtre ou tout local pouvant accueil un dispositif de projection). Possibilité de jouer en extérieur selon conditions (nous consulter). Lieux qui ont déjà accueilli le ciné-concert : Festival « faites de l’image » Les videophages , Toulouse(31), Espace culturel des Corbières, Ferrals les corbières (11), L’endroit (11),……

– l’équipe : 1 musicien (cf biographie en annexe)

Enfin libres !

Formule musique de rue – Spectacle tout public

Enfin libres !

Ce spectacle musical est conçu comme une improvisation en décor naturel ! (rues, places, scènes, etc…)
Puisant ses forces dans un répertoire éclectique, où se côtoient Jacques Tati, Ludwig Von Beethoven, Richard Galliano ou Sidney Bechet, la glorieuse fanfare saura vous surprendre par une fantaisie de l’instant quasiment instinctive !
Des boniments, des anicroches, de la poésie, des réclames et de nombreuses surprises !
Quoiqu’il arrive, et comme le dirait notre illustre aïeul Louis-Auguste Locomotive :
« Ce qu’ Art ne peut peut, Hasard achève ! »

On s’occupe de tout

Spectacle musical et théâtral en fixe tout public

On s'occupe de toutIl était une fois…

…Un orphéon façon 1900, six frères portant une caisse en bois à taille humaine… 
« On s’occupe de tout ! », et même de vous embarquer dans cette cérémonie funèbre et grinçante.
Terrible destin ou mystérieux dessein ? Sont-ce des pompes funèbres ou bien des âmes en errance ? Quoiqu’il arrive, le dénouement de cette intrigue ne se fera pas sans musique ! Lyrique, solennelle, enthousiaste ou irrévérencieuse, cette étrange cérémonie vous emportera !
On s'occupe de tout !Quatre planches de bois et des clous. Le mystère se pose là. Mais cet extravagant cortège, bien que soucieux de respecter le protocole, résistera-t-il longtemps au sérieux de la situation ? Laissons là le suspense, et gageons que nos compères sauront, par leur musique et cette fâcheuse tendance à déborder du cadre, redonner à cette cérémonie macabre un air de reviens-y ! Quoiqu’il en soit, et comme le précise notre réclame familiale : « Pour vos mariages comme pour vos enterrements, on s’occupe de tout !»

Extraits vidéo :

⁃ Teaser version courte (0,43 sec) : //youtu.be/MRgtfCeNoPg
⁃ Teaser version longue (2min 03 sec) : //youtu.be/N_caLYze-RE
⁃ Morceaux choisis (11min 24 sec) : //youtu.be/EeqvE_1mW0M

Distribution :

Mise en scène : Sophia Perez
Assistant mise en scène : Laurent Frattale
Dramaturgie, écriture : Fanfare ToTO / Sophia Perez / Laurent Frattale
Arrangements et orchestration : Fanfare ToTO, Pierre Diaz et Fabrice Vialatte
Restauration et adaptation des costumes d’époque : Laetitia Pasquet
Construction de la « boîte » : Quentin Paulhiac et Laurent Frattale
Création lumière : Pierre Heydorff
Technicienne lumière : Laeticia Orsini

Les interprètes :

Adrien Levyne, alias   Aristide le Bruyant : Caisse Claire
Alexandre de Soria, alias Alfred l’Austère : Banjo
Arnaud Parayre, alias Félix le Charme  : Trompette
Fabrice Vialatte, alias Eugène la Sueur   : Saxophone Soprano
Jean-Marc Parayre, alias Émile l’Habile  : Tuba (Euphonium)
Julien Lagrange, alias Lucien la Nature : Saxophone Ténor

 

Partenaires

Communauté de Communes Le Minervois.
Résidence financée du 1er au 8 octobre 2016 à Aigne (34)

Espace Culturel des Corbières – CCRLC&M (11)
Une vingtaine de répétitions les lundis sur la saison 2016-2017

Le théâtre dans les vignes, cie juin 88, Couffoullens (11)
résidence de création du 2 au 9 avril 2017

Département de l’Aude

On s'occupe de tout ! Les Frères Locomotive

Contacts

Cie Les Frères Locomotive (contact artistique):
Jean Marc Parayre : 06 20 44 12 86
lesfrereslocomotive@gmail.com
//www.lafanfaretoto.com

Administratrice de production/diffusion :
Maude Tornare : 06 10 64 03 85
lesfrereslocomotive@gmail.com

Compagnie « Les Frères Locomotive » :
Siège social : 7 montée du château d’eau,11250 Ferrals les Corbières
Adresse de correspondance : BP 75 34301 AGDE Cedex

Les Couche-tard

Les Couche-tard

Duo Swing, 1h30, 100 personnes max, tout public.

A force de se croiser dans les bars, de jouer, de se trouver, de se rencontrer, de s’entendre, après avoir écumé les fins de soirées, ces deux rois de l’after ont décidé de jouer ensemble en montant leur propre duo, autour d’un répertoire de jazz, swing, valses, new-Orleans.
Ainsi, c’est tout naturellement qu’ils ont choisi de s’appeler les Couche-tard, en référence à leur passé tumultueux.

Camille Couche-tardAujourd’hui, et pour des raisons évidentes de santé physique, mentale, et financière, ils se sont lancé un défi : obtenir des vrais contrats, et jouer avant minuit ! Pour animer vos apéritifs, premières parties de soirées, après-midis au bord de l’eau, pique-niques… bref, vos journées.

Fabrice Couche-tardMais essayez de chasser le rat du tunnel, il se pourrait bien qu’il revienne au bungalow… Les Couche-tard seront-ils capable de tenir leur engagement ? Arriverez-vous à les faire craquer ? Car quand ils sont lancés, ces deux gaillards ne s’arrêtent plus.

 

Camille Paicheler : guitare manouche
Fabrice Vialatte : saxophone soprano

Locomotive express 333

Locomotive Express 333

La Compagnie des frères locomotiveÇa va rouler !

‏Ils sont 3 : les tractionnaires. Le dôme à vapeur est chauffé à blanc.
‏Émile, Célestin et Eugène Locomotive, illustres représentants de la famille, vous entraînent sur les chemins de fer tout autour de la terre.

‏La musique de leur locomotive a le charme désuet des voyages imaginaires.




Y’a de la voix !
‏Un tuba, un banjo, un saxophone Soprano ou une guitare, la locomotive express 333 a de la tactique dans la pratique : c’est d’être toujours là quand on ne l’attend pas !

Forme : Musique de rue vintage acoustique type micro fanfare. Tout public.

Descriptif : Locomotive Express 333 est un trio musical comprenant un chanteur banjoiste, un chanteur guitariste saxophoniste, un musicien tubiste.

‏ Le genre : vieux jazz et chansons à texte du début du siècle.

Lieu : Intérieur/extérieur, animations de rues, de places et de marchés mais aussi de vos événements tels que repas et banquets. Les 3 musiciens s’adaptent aux lieux ( pas besoin de plateau scènique) et se déplacent au grée de leurs facéties pour aller a la rencontre du public.

L’équipe : Fabrice Vialatte (alias Eugène): Chant, Saxophone, Guitare. Grégoire Albisetti (Alias Celestin): Chant, Banjo . Jean Marc Parayre (Alias Emile) : Tuba

Slap’n Tap

Slap-n-Tap-banjo-contrebasseSlap’n Tap est un duo composé de Guillaume à la contrebasse et de Alex au banjo et au chant. A eux deux, ils revisitent des vieux blues classiques de Chicago, des fables country de Hank Williams à Johnny Cash, et même certains gospels si vieux que l’on ne sait plus qui les a écrits. Peu importe qu’ils ne soient que deux, sans ampli ni micro, leur énergie vous poussera à chanter en chœur et danser sur des airs qui ont peut-être bercé votre jeunesse, et d’autres que vous n’avez sûrement jamais entendu.

Même si le travail du coton sous la menace du fouet leur est peu familier, ils sauront vous transmettre l’esprit d’une Amérique du Nord où naquit le blues comme échappatoire à une vie souvent trop dure.
– Guillaume Guérin, contrebasse (Les Madeleines, Swamp...)
– Alex de Soria, banjo et chant (La Fanfare ToTO, Le Chauffeur est dans le pré, Swamp…)

 

Slap-n-Tap-banjo-contrebasse

 

Liens vidéo :

Suivez nous sur FacebookSuivez-nous là :

SWAMP


«  Laissez les bons temps rouler », comme on dit en Louisiane, voilà une formule qui colle parfaitement à l’esprit SWAMP.

SWAMP joue la musique de la Nouvelle-Orléans, un jazz populaire et libre. Le groupe revisite le New-Orleans, en interprétant les classiques du style, mais aussi des morceaux obscurs des bas-fonds du Bayou, et agrémente son répertoire de compositions originales du même esprit : ça chante, ça bouge, ça vous donne le sourire et vous réchauffe le cœur. C’est une musique parsemée d’improvisations, enjouée mais élégante, qui sait ne pas se prendre trop au sérieux.

Assurément, ça va swinguer, faire danser et chanter en chœur toutes les générations !


Le groupe est composé de quatre musiciens qui se connaissent bien :

Alex de Soria au banjo et au chant (La Fanfare Toto, Le Chauffeur est dans le Pré, Slap’n Tap…), qui durant 20 ans a exercé son art aux Etats-Unis,
Fabrice Vialatte au sax soprano (La Fanfare Toto, Le Chauffeur est dans le Pré, La Femme du Bouc Emissaire…), parti à la rencontre des musiciens de la Louisiane,
Arnaud Parayre à la trompette (La Fanfare Toto,…)
⁃ Guillaume Guérin à la contrebasse (Les Madeleines, Slap’n Tap…)

Ces quatre complices ont l’habitude de se croiser dans d’autres formations Swamp dans la rueartistiques (musique, arts de la rue, théâtre). Avec SWAMP, ils ont décidé de partager leur plaisir en offrant une musique décomplexée et joyeuse au plus large des publics.

Liens audios :
Warm me up (Swamp)
Si Georges m’entendait (Swamp)
Go to the Mardi Gras (Professor Longhair)

 

 

 

Suivez nous sur FacebookSuivez-nous là :

Il était une fois l’amour

Il était une fois l'amour - Ciné Train - Les frères locomotives

 Un spectacle cinématographique en cinq épisodes.

Cinq parties qui se décomposent en trois temps :

1 – un conte introductif tiré du recueil « l’amour foudre » de Henri Gougaud.

2 – une articulation historique contée, sorte de réflexion philosophique sur le rapport Homme/Femme au travers d’un contexte historique.

3 – un film réalisé à partir du procédé de théâtre d’ombres dit du « Cinématotographe ».

Ces cinq par ties sont cinq états de l’amour. L’objectif n’est pas de les illustrer en tant que tels. Ils apparaissent en filigrane, ils sous-tendent les ensembles narratifs, ils donnent une certaine tonalité.

– L’amour charnel
– L’amour pur/platonique
– l’amour impossible (la difficulté d’être)
– l’amour malgré tout
– l’amour spirituel (Je suis le chemin)

Distribution

Réalisation, Mise en scène : Laurent Frattale, Yannick Lecoeur
Coordination générale administrative: Laetitia Pasquet
Écriture, contes : Grégoire Albisetti
Musique, bande son originale : Jean-Marc Parayre
Acteurs : Julie Rossignol, Perrine Alranq, Julien Lagrange, Jean-Marc Parayre, Julien Lagrange, Grégoire Albisetti.


Note du réalisateur des ombres chinoises…

Ce projet, à la croisée du théâtre et du cinéma, explore la relation homme/femme à travers cinq films d’animation. Ces films réalisés à partir d’un dispositif de théâtre d’ombres (le Cinématotographe) puisent leur source d’inspiration littéraire dans des oeuvres poétiques troubadouresques contemporaines de la croisade contre les Albigeois dans le pays d’Oc aux alentours du XIIIème siècle.

Ce qui retient notre attention à cette époque, c’est la concomitance entre le formidable élan réformiste, social autant que religieux, du Catharisme Languedocien et la révolution artistique troubadouresque du fin’amor, source profonde de l’amour Courtois que l’Eglise de Rome condamnera à l’Inquisition comme hérétique au même titre que le Catharisme.

Pour nous il s’agit moins de traiter les événements historiques en tant que tels que de réfléchir à la nature de ces courants de pensées médiévaux, à leur contemporanéité en quelque sorte : parité homme/femme dans l’église cathare, remise en question du système féodal basé sur le principe de vassalité, horizontalité de la structure sociale, révolution des moeurs, etc.

Nous écrivons cinq histoires sur un ton décalé où le comique flirte avec le tragique. L’amour y est central et son historicité intemporelle. Sans tabou nous explorons le sentiment amoureux dans ses recoins les plus sombres comme dans ses aspirations les plus nobles. Ces cinq histoires utilisent des procédés de narration très différents. Il n’y a pas d’unité de style en ce sens sinon l’utilisation des ombres chinoises animées comme unique procédé d’expression. Les images n’illustrent pas les textes mais travaillent le sens et le propos en parallèle comme deux voix indépendantes qui se complètent ou se confrontent dans l’imaginaire à la façon d’un collage surréaliste. Par ces jeux de collisions (Histoire/histoire, Hommes/femmes, Textes/images etc.) nous tentons d’ouvrir une brèche et de questionner la représentation collective de l’Histoire Cathare.


Les frères Locomotive
2, place des Cordeliers
11400 Castelnaudary

siège : 7, montée du château d’eau 11200 Ferrals-les-Corbières Licences:2-1053064 3-1053063 —- SIRET 53501760200025 APE 9001Z

Tél : 09 53 99 33 03 / 06 16 89 43 92

Administration : Laëtitia Pasquet